LE COMITE DIOCESAIN DES FEMMES TIEN LA DERNIERE RENCONTRE DE L’ANNEE 2014

Le 25 Novembre 2014 a été un jour décisif pour le Comité Diocésain des Femmes (CDF) dans le diocèse de Bukavu. La grande salle du Centre de Formation Antoinette a accueilli 35 représentantes des femmes venant des différentes paroisses du Diocèse de Bukavu. Mademoiselle la Directrice du Centre Olame, Angélique KASI KALULU, a participé du début jusqu’à la fin de la rencontre. La modération a été assurée par Mme WIMBA Odette, qui a présenté aux participantes la nouvelle directrice du Centre Olame avant de soumettre à l’assemblée du jour.

Prenant la parole pour la circonstance, Mlle Angélique KASI KALULU a remercié les femmes membres du Comité Diocésain des Femmes pour leur disponibilité et le temps de travail qu’elles donnent dans le souci de se mettre au service des autres. Tout en invitant les participantes à partager avec les générations futures les connaissances acquises et les expériences tirées de leur présence au CDF, la Directrice a exhorté les femmes à rendre le comité diocésain des femmes un cadre participatif et consultatif pour tout intervenant voulant œuvrer au profit de la femme et de la jeune fille.

Cette rencontre qui devait être évaluative des actions des femmes en 2014 et planificatrice de l’année 2015, s’est par contre tenue dans le but d’évaluer les résultats de plaidoyer mener sur la position des femmes de l’Eglise catholique du diocèse de Bukavu à propos de la révision constitutionnelle de la RDC. A cette même occasion, les femmes ont fait une analyse sur la situation des femmes de Kalehe après le catastrophe naturel qui s ‘est produit au mois d’Octobre 2015 dans cette contrée du Diocèse de Bukavu et sur la question du cinquantenaire de la mort de la bienheureuse Anuarite.

Les résolutions ci – après sont ressorties de cette dernière rencontre de l’année 2014 du comité Diocésain des Femmes :

  • Les femmes du CDF comptent publier une deuxième déclaration qui accompagne la première déclaration après l’état de lieu sur les preuves du retrait de la proposition d’une nouvelle constitution,
  • La situation humanitaire à Kalehe devient de plus en plus catastrophique après les pluies du mois d’Octobre 2014. Les femmes et les enfants passent encore la nuit soit sous la belle lune et soumis aux intempéries. Cette catégorie des victimes de la catastrophe de Kalehe ne bénéficie pas d’assistance humanitaire et n’est même pas représentative dans les comités de crise qui ont été mis en place. Pour ce faire, les femmes décident de s’unir et de se tenir les mains dans le but d’assister les femmes et les enfants de Kalehe. A dater de ce jour, une grande campagne de sensibilisation dénommée « SOS pour femmes et enfants de Kalehe » est déclenchée dans toutes les paroisses de l’archidiocèse de Bukavu. D’autres personnes hors archidiocèse peuvent apporter les contributions en passant par le Centre Olame.
  • « La protection de l’environnement est une affaire de tous : femmes, enfants, hommes ». cet axe stratégique dont l’environnement et la femme reste une des priorités pour le Centre Olame et le comité diocésain en fait sien pour l’année 2015. C’est la femme qui passe beaucoup de temps au champ, au marché, etc ; elle est une actrice incontournable dans la gestion de l’environnement.
  • Quand à la célébration du cinquantenaire de la mort de la Bienheureuse Anuarite NENGAPETA, le comité diocésain des femmes se propose d’organiser des conférences-débat éducative avec les jeunes filles dans toutes les paroisses. Ces journées partiront des analyses faites sur la vie de la bienheureuse Anuarite en invitant les jeunes filles de se servir des valeurs sociales, culturelles, patriotiques et spirituelles qui y ressortent.

La dernière rencontre du Comité Diocésain des Femmes a été clôturée par un cocktail modeste au cours du quel Mademoiselle Angélique KASI KALULU a présenté aux différentes participantes, individuellement, les vœux de bonheur et de succès pour l’année 2015, “une année de décision pour l’avenir de la jeune fille” a précisé Mlle la Directrice du Centre Olame.

« …nous femmes, devons avoir le temps de dialogue avec nos filles et même les contrôler car c’est nous leurs éducatrices et nous qui préparons leurs avenir. » Mme Odette WIMBA, modératrice du Comité Diocésain des Femmes.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.