« SUD KIVU SANS 30 JUIN 2011 »

Tel a été le mot d’ordre du bureau de coordination de la société civile du Sud – Kivu pour le jeudi 30 Juin 2011. Ce mot d’ordre a été observé par toutes les organisations membre de la société civile et les agents des services étatiques. Les magasins ont ouvert leur porte, les commerçants ont vaqués à leurs occupations, et le transport n’était pas perturbé. Une vie normale pour le paisible citoyen congolais de Bukavu. Sur toute l’étendu de la province, les bureaux sont restés fermés et c’étais un jour de repos et de méditation pour les employés. « Quel congo pour nos enfants et notre postérité… » chuchotaient les langues sages sur les artères de la rue… Personne ne pouvait s’imaginer qu’à la veille des élections un tel événement pouvait passer inaperçu dans une région stratégique comme le Sud – Kivu.

Les manifestant au sit-in à la place de l'indépendance

Les manifestant au sit-in à la place de l’indépendance

Par contre les organisations de la société civile du Sud – Kivu, dont le Centre Olame fait partie, ont lancé un appel aux acteurs de la société civile à participer massivement au sit-in prévu ce 30 juin 2011, à partir de 8 heures précises en tenue de deuil à la “place de l’indépendance” afin de compatir avec les frères et sœurs victimes des enlèvements et exactions graves.

Pendant 45 minutes à peu près, des hommes et des femmes, membre des organisations alliées à la coordination de la société civile, ont observé ce sit-in. Sous un calme apparent, en tenu de deuil et visages désolation, mains sur la joue, les sit-innéistes ont observés les consignes du jour. Brandissant les calicots et papiers collés aux dos et poitrines sur lesquels ont pouvait lire : « 51 ans après l’indépendance de la RD Congo, le Sud – Kivu ne mérite pas l’insécurité permanente », « peuple congolais, mobilise toi pour défendre ton destin », « nous n’avons pas des filles vierge à sacrifier aux criminels », etc.

Les manifestants en route vers le bureau de la société civile

Les manifestants en route vers le bureau de la société civile

Mme Elodie NTAMUZINDA, présidente de la société civile du Sud – Kivu, avec toutes les organisations présentes, se sont rendues après ce sit-in au bureau de la coordination de la société civile dans une marche pacifique sans tam tam. Sur la route, la population pouvait lire et interpréter les différents messages sur les banderoles et papiers. C’est à son bureau où elle a pris la parole devant la presse locale pour remercier les différentes organisations présentes à cette activité de plaidoyer et justifier le mobil de ce sit-in. Dans son speech, elle a dit que ce sit-in a atteint son objectif de rappeler aux autorités locales et nationales sur la situation sécuritaire et humanitaire qui ne cesse de se dégrader au jour le jour sur toute l’étendue de la Province du Sud Kivu, les multiples  et graves violations des droits de l’homme et du droit humanitaire international  qui s’en suivent  notamment la  prise en otage, les meurtres et assassinats, l’esclavage sexuel, les viols perpétuels des femmes et jeunes filles, le pillage  systématique des ressources naturelles et champêtres,  l’incendie des villages,  l’imposition de la rançon aux victimes,  le déplacement forcé des populations…

A droite, Mme Elodie Ntamuzinda, devant le bureau de la société civile avant son point de presse

Elle a poursuivi son speech en déclarant « … rien ne sert de célébrer cette journée pendant que nos populations continuent à subir les affres des hommes en armes et en uniformes … »

Le Centre Olame, partie prenante l’organisation de cette activité et membre permanent du bureau de coordination de la société civile, s’est réjouit de la réussite de cette activité conjointe. Sa participation dans la préparation d’un mémorandum et l’organisation technique de cette activité ont été saluées par la présidente de la société civile.  Nous espérons que cette action aura ses effets dans la province du Sud – Kivu en particulier et le pays en générale.

Bâtir un Congo plus beau qu’avant : un devoir à accomplir pour célébrer le 30 juin de chaque année!

Artistic birthday parties
isabel marant shoes Breaking Bad Men’s Heisenberg T

didn’t want to0 would not develop thought possible the thoroughly complete trends or hair-styles usi
louis vuitton outletFake Tans Were Fashion Mistake
Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.